/a/ – Arbitraire

[Revenir]
Posting mode: Reply
Courriel
Sujet   (reply to 77855)
Message
Fichier
Vidéo   Help
Mot de passe  (pour supprimer le message ou le fichier)
  • Types de fichiers autorisés: GIF, JPG, PNG
  • La taille des images est limitée à 8192 Ko.
  • Les images supérieures à 250x250 pixels seront réduites.
  • 224 utilisateurs uniques. Voir le catalogue

/a/ - Q.I et prospérité
Fichier 16195346832.jpg - (160.00KB , 1000x715 , Houses along the Han River Seoul Korea 1961.jpg )
77855 77855
Les Chinois et les Coréens ont vécu dans des huttes jusqu'aux années 1960. Pourtant, ils ont le Q.I moyen le plus élevé du monde (après les Juifs Ashkénazes). Deux hypothèses, donc :
A•Le Q.I moyen des Pays Est-Asiatiques a évolué, et est plus élevé aujourd'hui qu'autrefois.
B•Le Q.I moyen n'est pas un bon prédicteur du succès d'une population.
Agrandir toutes les images
>> 77859
B, et je vois même pas pourquoi tu te sens obligé·e de faire un nouveau sujet pour une question qu'elle est aussi vite répondue.
>> 77879
Fichier 161960470379.png - (3.08MB , 1280x2460 , nagatoro_render_by_nudran_de8hpo1-fullview.png )
77879
C• Peu importe ton Q.I moyen, tes efforts seront minés par les conséquences d'une guerre et d' occupations d’armée étrangères sur plusieurs années.
>> 77882
Fichier 161960896965.png - (24.57KB , 600x495 , taille.png )
77882
D•Le Q.I moyen est un bon prédicteur du succès d'une société industrialisée

Mais il y a aussi un peu de A, le QI moyen dans les sociétés pré-industrielles est inférieur à celui de la même société une fois industrialisée (effet Flynn). Le QI se comporte exactement comme la taille : le développement d'un pays rend les gens en moyenne plus grands mais les gens sont quand même plus grands d'un pays à l'autre pour des raisons génétiques.
>> 77889
Fichier 16196139028.jpg - (32.84KB , 400x400 , 1189331581467.jpg )
77889
>>77859
En fait il y a du A aussi (et du D mais c'est lié). Il faut bien comprendre ce que le QI mesure, et ce qu'il ne mesure pas (même si en synthèse : le QI c'est de la merde, pas autant que ses défenseurs fétichistes mais pas loin). Il y a aussi du B si on explicite "succès" pour ne pas le réduire à "développement industriel et gros PIB", mais dans ce cas on va retomber sur C.

Le QI mesure une forme d'intelligence culturellement située et orientée : celle que les psychologues prudents appellent l'intelligence logico-mathématique et que les crétins appellent intelligence tout court parce qu'ils aiment bien parler d'un truc qui leur passe au-dessus de la tête. Cette forme d'intelligence est valorisée dans les sociétés industrielles et post-industrielles (secteur tertiaire, informatique en tête), en particulier au niveau des postes de techniciens et de cadres. Mais seulement au niveau formel, parce que les compétences relationnelles sont aussi valorisées parmi les cadres sans que ce soit généralement dit (pas de diplomes ou de formation à l'empathie par exemple, et c'est second dans les profils de postes).

Il est évident que pour les coréens des années 50, l'intelligence logico-mathématique a assez peu de valeur : elle ne permet pas de vivre, n'a pas d'application concrète, bref elle ne sert à rien et logiquement le QI de cette population sera bas. Tout comme celui des chasseurs-cueilleurs, des pauvres, des ouvriers et autres exécutants, des paysans qui n'en ont aucun usage.

La tragédie du QI, c'est qu'à l'époque où ça a été inventé, les psychologues avaient deux passions :
1) se faire reconnaitre comme "vraie science" par les sciences naturelles (mathématiques, physique, chimie, et biologie avec laquelle elle flirtait dangereusement ce qui a donné des sorties de route genre psychologie évolutionniste). Cela passait par des singeries à grands coups de protocoles expérimentaux (dont elle n'est toujours pas sortie, seule science humaine à mener des expériences de laboratoire sur des étudiants de L1 psycho nord-américains de 18 à 22 ans pour ensuite généraliser à l'ensemble du genre humain), de statistiques, et de réponses définitives à des problématiques contemporaines. Ce qui nous amène à la suite.
2) Début 20e, hiérarchiser les races et les groupes ethniques c'est trop cool et superbement nécessaire. Bon on s'est planté avec la mesure craniènne pour prédire les actes criminels mais cette fois on tient une vraie piste avec le QI !

À l'origine c'était conçu pour diagnostiquer des retards scolaires. Dans la pratique très vite ça a servi à justifier les inégalités sociales (bin oui puisque les pauvres se plantent tous sur des tests de QI c'est donc qu'ils méritent de le rester). Invention française d'ailleurs le QI, merci Binet. Et pourquoi s'arrêter là alors qu'il y a plein d'autres inégalités à démontrer scientifiquement ?

Le QI a perdu en crédibilité dans les années 70-80, avant de revenir rafraichi par la thématique du "haut potentiel intellectuel", une forme de neuro-atypicité qui là aussi se retrouve très douée dans l'intelligence logico-mathématique... Donc sans surprise avec de très bons résultats aux tests de QI. Sauf que ça a occulté plein d'autres neuro atypicités non liées à cette forme d'intelligence (intelligence relationnelle, spatiale, auditive etc). Aujourd'hui la question des neuro atypiques est écrasée par cette forme particulière... Parce qu'elle est socialement valorisée (carrières prestigieuses, très bons résultats scolaires si conditions idéales et handicap reconnu comme tel), et que le QI permet facilement de la repérer.

En 2021, y'a guère que les nostalgiques et les acharnés de ces deux objectifs poussiéreux qui s'accrochent encore au QI. D'ailleurs faut lire les interventions politiques des professeurs d'université qui le défendent, pour eux le temps des colonies c'était super cool et ils comprennent pas qu'on veuille pas rétablir l'esclavage. Y' a des réformistes qui essayent d'en faire quelque chose d'utilisable, mais pour moi c'est comme se dire que la philosophie politique a quelque chose à gagner à réformer le fascisme italien...
>> 77901
>>77889
Le QI est un meilleur prédicteur de la réussite socio-économique d'un individu que le niveau de vie des parents. Ça se démontre facilement en comparant la réussite des vrais jumaux vs. faux jumaux.

Et grâce au machine learning, on est rendus à un stade où un score de risque polygénique (i.e. un test génétique qui coûte quelques dizaines d'euros et qui peut être fait dès le stade embryonnaire) est un meilleur prédicteur de réussite que le statut socio-économique de la cellule familiale.
Source et résumé : https://infoproc.blogspot.com/2018/07/game-ov...

Au fait le mec qui tient ce blog a fondé une entreprise de sélection d'embryons pour la FIV, un vrai espoir de mettre fin aux dernières inégalités.
https://www.lifeview.com/

Pendant ce temps là en France
>muh pauvreté
>muh racisme
>> 77912
Fichier 161962690819.jpg - (19.57KB , 400x350 , 1200129654376.jpg )
77912
>>77901
>Pendant ce temps là en France
Le libéralisme s'adapte à son environnement, sans le questionner ni le critiquer. Et laisse à ses intellectuels le soin de l'organiser de sorte que la modification du cadre reste un impensé, mais seulement une fois que ce cadre est devenu conforme au dogme libéral.
La gauche prétend que l'environnement inégalitaire peut être modifié. Et ça fait vachement chier les libéraux.

Tu ne dis rien de plus que moi, mais tu l'interprètes à ta sauce. Enfin si tu dis une chose assez navrante : le racisme c'est pas important, la pauvreté non plus. Donc pas la peine de lutter contre, laissez les riches et les racistes tranquille svp (bande de jaloux des gros QI).

>Au fait le mec qui tient ce blog a fondé une entreprise de sélection d'embryons pour la FIV, un vrai espoir de mettre fin aux dernières inégalités.
Oui, une entreprise philanthropique qui va procéder gratuitement à des FIV en masse pour l'ensemble de la population mondiale qui sera bien entendu très enthousiaste à cette idée (et qui n'aura pas plus de quelques heures de voyage pour aller dans une clinique) parce que, au fond, qui ne rêverait pas d'avoir tous ses enfants cadres bancaires ? Un monde merveilleux sans pauvres, sans ouvriers, sans précaires grâce au gros QI de toute une génération, des bourgeois blancs de New-York aux pygmées Bayaka et des paysans iraniens aux milliardaires d'Afrique du Sud.

ha on me dit que ce sera pas pour tout le monde et ce sera payant ? Donc ton prophète va juste accentuer les inégalités, comme le font les libéraux depuis qu'ils existent.


Comment on peut relayer ce genre d'âneries en y croyant sincèrement ?
>> 77919
>>77912
La FIV est déjà remboursée par la sécu, il manque vraiment pas grand chose.
>> 77964
>>77889
Post intéressant. Je ne savais rien des origines du QI. Merci.
>> 78000
C'est surtout que le QI est un mauvais indice d'intelligence. Pour avoir connu pas mal de gens, je peux vous dire qu'il y a autant d'est-asiats et ashkénazes que de blancs et noirs qui sont cons comme des bites.
>> 78011
>>78000
>>77889
>> 78013
  >>77855
trou de bale va apprendre un métier au lieu de raconter de la marde.
>> 78030
>>77889
>>78000
Vous avez une vision très franchouillarde du QI.

Je vous invite à vous renseigner plutôt à partir des sources anglo-saxonnes, bien plus neutres et factuelles sur le sujet.
https://en.wikipedia.org/wiki/Intelligence_quotient

Une des découvertes les plus incroyables des études portant sur les jumaux et les adoptés, c'est que la proportion de la variance du QI à l'âge adulte imputable à l'environnement familial partagé est proche de zéro !
>> 78031
>>78030
Ce sont précisément les nord-américains qui s'agrippent au QI. Les français sont depuis un moment passé à autre chose.
>> 78036
Fichier 161978456623.jpg - (11.47KB , 190x243 , jptartre.jpg )
78036
>>78031
Ils s'agrippent la science oui. Les français sont passés à l'existentialisme, mais ça fait un moment.
>> 78037
>>78030
Ok laurent alexandre.
>> 78038
>>78036
>>77889
(en particulier le point 1)
>> 78045
>>78038
Les connaissances actuelles ont été établies récemment par des chercheurs dans des universités réputées qui font des mesures reproductibles avec P<0.05 et qui publient dans des grandes revues scientifiques internationales à comité de lecture. Qu'est-ce qu'on en a à foutre de Binet et des étudiants en L1 psycho ?
>> 78046
>>78045
>fétichisme de la Méthode
>fétichisme du prestige
>mais oui oui oui c'est de la Science incline-toi
>> 78047
Pendant ce temps là dans les universités françaises
>muh Freud
>muh Lacan
>> 78048
>>78047
Chez les vieux neuneus de Paris 8 peut-être. Après si les USA c'est si bien, casse-toi.
>> 78057
J'aime bien quand socio-kun critique les/la méthode scientifique ou la vulgarisation de cette dernière, genre la zététique.
Il conseille quoi comme fil d'actualité/magazine qui parle de travaux sérieux pour les non-initiés, les amateurs et les autres ?
Parce que je suis pas mal de sociologues, et meme kumo-kun je crois, mais je déteste twitter et ses rants infectes.
>> 78061
>>78057
J'y connais pas grand-chose en sociologie, mais si tu veux une zététique sérieuse mieux vaut voir ce que Monvoisin fait que les conneries de l'afis.
>> 78066
>>78057
Je ne suis pas sociokun (mon parcours c'est sciences de l'éducation et philosophie, c'est par le biais des SdE que je suis tombé sur le QI et Binet), mais voila ce que je peux te conseiller.

Déjà sur ta question précise je ne pourrai rien te dire et une réponse m'intéressera également. Je me suis intéressé à la critique des sciences quand j'étais en fac (complètement hors parcours et hors discipline, mais entrer en master à 30 ans ça ouvre d'autres centres d'intérêts que ceux que donnent ou imposent les enseignant-e-s), et j'ai pas vraiment changé mes sources d'informations depuis que je suis petit : des livres, et des articles longs (papier ou numérisés). J'ai jamais eu de malinphone ni de compte twitter par ailleurs.

Ce que j'ai appris et compris sur le fonctionnement de la science et des scientifiques, les controverses et les consensus, c'est plus vraiment un sujet chaud et donc ça n'a pas vraiment de raison d'être publié aujourd'hui. Ceci dit si c'est un sujet qui t'intéresse, acheter quelques bouquins que tu ne trouverais ni en bibliothèque universitaire ni en bibliothèque classique à mon avis ça en vaut le coup. La seule exception à ce calme ambiant sur le sujet finalement c'est tout le merdier qu'a provoqué Raoult avec son épistémologie préhistorique surmédiatisée, et qui a fait sortir quelques universitaires de leur forêt pour rappeler des choses assez basiques et qui sont intéressantes à lire. Par exemple celui-ci : https://menace-theoriste.fr/lepistemologie-op... et celui-là : https://ferry-danini.medium.com/petite-introd...

Donc plus précisément sur ta question de la critique de la mauvaise zététique et du processus de construction des connaissances scientifiques, voila ce que je peux conseiller. Dans mes favoris et donc en ligne, et dans des bibliothèques (et je me permets d'insister, ces bouquins en valent vraiment la peine) :
Sur les limites du raisonnement logique : https://tranxen.fr/cest-beau-la-logique-a-con...
Sur l'enjeu de la preuve dans les réfutations : http://www.bunkerd.fr/nier-sans-preuve/
Sur la distinction entre méthodes qualitatives et quantitatives : http://jacquesjenny.com/legs-sociologique/?pa...
Sur une posture permettant le recueil de données dans une situation par nature non neutre : Callon, Michel. 1999. « Ni intellectuel engagé, ni intellectuel dégagé: la double stratégie de l’attachement et du détachement ». Sociologie du Travail 41 (1): 65-78. doi:10.1016/S0038-0296(99)80005-3.
Sur une approche originale de construction de données en sciences humaines : BARBIER René, L’approche transversale : l’écoute sensible en sciences humaines. Paris: Anthropos, 1997.
Sur une critique de méthode unique de construction de données, que Raoult a cité en le comprenant de travers : FEYERABEND, Paul. Contre la méthode : esquisse d’une théorie anarchiste de la connaissance. Science ouverte. Paris: Seuil, 1979.
Sur des critiques du fonctionnement réel de l'activité scientifiques et ses finalités industrielles : HABERMAS, Jürgen. La technique et la science comme « idéologie ». Traduit par Jean-René Ladmiral. Paris: Gallimard, 1968.
Sur le fonctionnement humain dans les laboratoires (sociologie de la science) : LATOUR, Bruno. La science en action. Traduit par Michel Biezunski. Paris: Gallimard, 1995.
Sur une revue et des propositions touchant les problèmes de l'activité scientifique : LÉVY-LEBLOND, Jean Marc. La pierre de touche : la science à l’épreuve. Paris: Gallimard, 1996.
Sur ce qui rend légitime à produire de la connaissance scientifique : MORVAN, Alexia. « Légitimation et recherche-action dans le champ de l’éducation populaire ». In La recherche-intervention par les sciences de l’éducation, par Jean-François Marcel, 2015. (sa thèse « Pour une éducation populaire politique : à partir d’une recherche-action en Bretagne » est accessible en ligne, mais c'est beaucoup plus long à lire)
Un avis plus tranché mais non moins intéressant sur la notion de légitimité : Lordon, Frédéric. 2007. « La légitimité n’existe pas: Éléments pour une théorie des institutions ». Cahiers d Économie Politique 53 (2): 135. doi:10.3917/cep.053.0135.
Sur la posture qui permet une rigueur scientifique en dépit de l'engagement humain dans la situation : SCARFÒ GHELLAB, Grazia. « L’auto-socio-analyse du sociologue ou les conditions pour garantir la rigueur scientifique de la sociologie ». SociologieS, novembre 2015. sociologies.revues.org/5145.
Un livre plus court que ceux de Lévy-Leblond et Habermas, qui dit à peu près la même chose mais en rentrant très peu dans les détails et avec un ton davantage pamphlétique : STENGERS, Isabelle. Sciences et pouvoirs: la démocratie face à la technoscience. Paris: La Découverte, 1997.

Un dernier que j'ai lu après avoir quitté la fac (donc pas formaté en bibliographie), c'est le bouquin de Thomas Khun (structure des révolutions scientifiques), qui a l'immense mérite d'expliquer comment la science fonctionne vraiment (à coups de "on efface pas mal de trucs et on part dans une autre direction") là ou plein de gens croient encore au principe d'accumulation sans fin des connaissances.

Un dernier bouquin qui est cool à lire après celui-ci, c'est celui de Bachelard (La formation de l'esprit scientifique, sous-titré contribution à une psychanalyse de la connaissance objective). Il permet de mieux comprendre d'où vient cette crispation sur l'objectivité et la rationalité, qui était vraiment nécessaire début 20e dans les sciences naturelles. La masse d'exemples navrants que Bachelard fournit est assez croustillante à découvrir, mais je te recommande pas de commencer par lui.
>> 78074
Chinânon ici qui s'étonnera toujours de la réputation des Coréens en Europe. En Asie le cliché sur les Coréens c'est qu'ils sont des cul-terreux attardés vulgaires, qui parlent trop forts, et que leurs femmes sont des grosses pétasses sans honneur.

Au Japon et à Taiwan on a aussi tendance à voir les chinois comme des imbéciles qui ne comprennent que les coups sur la tronche et qui ne doivent leur fortune qu'au vol des technologies des autres et un penchant naturel à la malhonnêteté qui finira bien par leur retomber dessus.

Bref pas vraiment des populations avec de gros cerveaux. Ici, les français sont bien souvent perçus comme beaucoup plus intelligents que bien des asiatiques.
>> 78077
Fichier 161996399517.jpg - (50.00KB , 1200x800 , science.jpg )
78077
>>78066
Pas étonnant que tu ne captes rien avec un parcours et des lectures pareilles. Tu es aussi platiste et anti vaccin ?
>> 78078
>>78074
Les Coréens sont considérés comme plus intelligents par les blancs parce qu'ils sont plus forts qu'eux à StarCraft 2.
Les Japonais sont considérés comme plus intelligents par les blancs parce qu'ils sont plus forts qu'eux à Street Fighter.
>> 78080
  >>78077


 
Raison